PAVILLON DE L'ESTAMPE
Ilse Lierhammer (*1939), Arbres au clair de  lune, 1988, burin, aquatinte et pointe sèche, 300 × 297 mm
© Musée Jenisch Vevey – Cabinet cantonal des estampes, Fondation William Cuendet & Atelier de Saint-Prex,
photographie Julien Gremaud, Vevey


PAVILLON DE L'ESTAMPE

Trois regards à l’oeuvre: Marianne Décosterd, Ilse Lierhammer, Susan Litsios

Du 17 novembre 2017 au 4 mars 2018

Légende
Vernissage jeudi 16 novembre 2017 à 18h30.

L’exposition Trois regards à l’oeuvre est l’occasion de montrer aux murs d’une même salle trois artistes qui, tout en ayant beaucoup de choses en commun – admiration partagée pour certains maîtres, passion pour le paysage, fascination pour le papier, réduction de leur vocabulaire au noir-et-blanc –, s’expriment avec des moyens et dans des registres parfaitement distincts. Ces trois artistes ont fréquenté l’Atelier de Saint-Prex, y ont longtemps travaillé, ont participé aux recherches et discussions devant les presses et autour de la table, et ont régulièrement collaboré aux publications éditées par la Fondation. Grâce à leur générosité, tout ou partie de leur oeuvre est entrée au fil des ans dans les collections de la Fondation William Cuendet & Atelier de Saint-Prex.

Marianne Décosterd
À l’aide de sa pointe, griffant à peine le cuivre, Marianne Décosterd tire les fils de sa pelote intérieure, faisant, défaisant d’un mouvement rapide et inquiet les figures qui surgissent de sa broderie. C’est avec une grande légèreté qu’elle plonge en profondeur, se défendant de fixer trop longtemps les traits. Les visages s’inclinent, les silhouettes ne font que passer mais avec fièvre, laissant ainsi une trace qui ne s’efface jamais longtemps de l’oeil.

Ilse Lierhammer
Dans ses premiers travaux mêlant eau-forte et burin, Ilse Lierhammer s’était attachée à dire les mouvements secrets de la nuit et les entrelacements des grandes forces qui ordonnent le paysage. Depuis quelques années cette monumentalité s’est déplacée dans des natures mortes, parfois dépouillées à l’extrême mais où la justesse du contour, l’équilibre des lumières et les jeux d’ombre assurent une intensité maximale aux images.

Susan Litsios
Elle aime d’abord jouer : des oppositions tranchées que lui propose le procédé du bois gravé et des contours vifs, lumineux, que sa lame taille dans le bois. Ses affrontements relèvent moins de la psychologie que d’une météorologie où les aléas de la lumière allongent les heures, où les ombres creusent sans cesse des ouvertures dans les taillis, animent les torrents, mettent les corps en mouvement. Son art est direct. Il emprunte parfois les voies du récit et de la fable qui s’adressent avec humour à nos âmes d’enfants.

La Fondation William Cuendet & Atelier de Saint-Prex est née en 1977 à Lausanne à la suite de la rencontre entre les artistes travaillant à l’Atelier de Saint-Prex et la famille du pasteur et collectionneur William Cuendet, décédé en 1958. Celui-ci avait réuni de son vivant un remarquable ensemble de planches gravées de Dürer et de Rembrandt autour de la Passion du Christ. Les élèves du graveur Albert E. Yersin, avec Pietro Sarto à leur tête, rêvaient de créer dans le canton de Vaud un cabinet d’estampes: non pas un conservatoire accumulant les pièces de manière désordonnée et exhaustive, mais un lieu vivant où serait questionné, par les artistes d’abord, puis par les amateurs et les poètes, l’art de l’estampe sous ses aspects les plus inattendus, chefs-d’oeuvre et pièces insolites, voire problématiques, mêlés. Trois ans plus tard, grâce à l’action conjointe de l’Atelier et de la Fondation, le premier Cabinet cantonal des estampes était abrité par le Musée de l’Elysée, dont Florian Rodari devenait le premier directeur. En 1986, les collections de la Fondation sont déplacées à Vevey où Bernard Blatter les accueille dans un Musée Jenisch rénové à cet effet. Au cours de ces décennies, la Fondation aura organisé de nombreuses expositions sur place, dans le cadre de son dépôt au Cabinet cantonal des estampes, ou à l’extérieur pour des projets ambitieux réalisés en collaboration avec des institutions étrangères. Mais surtout, elle aura considérablement enrichi le noyau d’oeuvres initial : d’abord en recevant chaque jour un exemplaire de toute estampe tirée sur les presses de l’Atelier de Saint-Prex ; puis par de nombreux apports d’amis collectionneurs et artistes qui feront don à la Fondation des richesses accumulées de leur vivant ; enfin, plus récemment, par des achats d’oeuvres rares et essentielles qui permettent d’assouvir la passion des principaux bénéficiaires de cet ensemble que sont les artistes.

Pour fêter dignement son 40e anniversaire, la Fondation William Cuendet & Atelier de Saint-Prex prend donc possession avec cette exposition du nouvel espace consacré à l’art de la gravure : le Pavillon de l’estampe qui situé au coeur même du Musée Jenisch, lequel n’a cessé de défendre depuis des décennies les fruits de cette activité si diversifiée. Dans cet espace réaménagé, la Fondation William Cuendet & Atelier de Saint-Prex présentera désormais chaque année, en alternance avec les autres fonds déposés à Vevey, une exposition honorant un artiste collectionné dans son fonds ou un dossier questionnant tel ou tel aspect de l’art si riche et complexe de l’estampe.

La Fondation William Cuendet & Atelier de Saint-Prex est gérée par un conseil de fondation constitué de membres proches à la fois de son fondateur, Pietro Sarto, et de la famille du pasteur Cuendet. Elle est présidée par le Dr Pierre Vogt et animée par son conservateur Florian Rodari, ainsi que par Catherine McCready, taille-doucière qui, au Musée Jenisch, veille sur les collections qui y sont déposées.