FOCUS SUR LES COLLECTIONS
René Auberjonois (Lausanne, 1872-1957), Le Jockey (détail), 1928-1929, peinture sous verre, 45 x 37 cm,
Musée Jenisch Vevey, Fondation de la Société des Beaux-Arts de Vevey


FOCUS SUR LES COLLECTIONS

150 ans de la Fondation de la Société des Beaux-Arts de Vevey

Du 20 février au 4 novembre 2018

Légende
Au coeur d'une collection

L’année 2018 voit la Société des Beaux-Arts de Vevey célébrer ses 150 ans d’existence. La Société, devenue fondation en 2007, a été créée en 1868 sur l’initiative d’une élite bourgeoise et intellectuelle veveysanne, visant à « encourager le goût et la pratique des beaux-arts et plus particulièrement de la peinture, de la sculpture et de l’architecture » (article premier des statuts de 1868). À cette fin, elle s’engage notamment à soutenir l’enseignement du dessin dans les écoles, et souhaite créer et participer à des expositions d’art à Vevey. Enfin, elle aspire à pouvoir un jour édifier un bâtiment susceptible de servir les buts qu’elle s’est fixés. Ainsi va-t-elle, de fait, jouer un rôle fondamental dans l’histoire du Musée Jenisch, son édification et la constitution de ses collections. 

En plus de financer en partie l’achat du terrain qui accueillera le futur bâtiment, la Société des Beaux-Arts de Vevey obtiendra l’accord de la Municipalité et des exécuteurs testamentaires de Fanny Jenisch pour y inclure une salle dédiée à l’enseignement du dessin. Dès l’ouverture du Musée en 1898, elle participera également à fonder et enrichir ses collections avec plusieurs dons et, dès 1950, de nombreux dépôts d’œuvres. C’est à la Société que le Jenisch doit également ses copies d’antiques – dont la Diane de Gabie surplombant l’escalier – et les deux fresques ornant le vestibule. Représentant L’Été et les moissons et L’Automne et le vin, elles sont exécutées par Ernest Biéler en 1917-1918 pour commémorer le cinquantenaire de la Société. 

La collection de la Fondation compte aujourd’hui plus de 200 œuvres, parmi lesquelles des pièces anciennes et du XIXe siècle – dont deux dessins de Stefano della Bella, plusieurs tableaux de François Bocion et des œuvres sur papier de Théophile Alexandre Steinlen – ou d’autres contemporaines comme celles d’Alexandre Hollan, Farhad Ostovani ou Jean Scheurer notamment. Le cœur de ce fonds est toutefois essentiellement constitué d’artistes suisses du XXe siècle, dont le présent accrochage offre un florilège.